Catégories
Plantes Recettes

Doux novembre pour le bon mouron

La douceur relative de cet automne 2020 permet au mouron blanc (Stellaria media) de prospérer parfois vigoureusement dans plein de petits coins de votre jardin belge.

Peu de personnes savent que c’est une délicieuse plante comestible ! Elle se développe même en saisons très difficiles, où il n’y a pas beaucoup de légume frais. C’est une annuelle qui se resème toute seule, tout le temps. Pour ne pas se tromper de plante, vérifiez la présence de petites fleurs blanches en étoiles. En introduire dans votre potager est facile, demandez quelques plants à un autre jardinier…

Pour les habitués, c’est un des premiers légumes frais de l’année, mais il peut aussi se récolter à toute saison. Au Japon, le mouron blanc fait partie des comestibles composant le traditionnel plat “purificateur” de la Fête Des 7 Herbes, chaque 7 janvier.

Le mouron est très tendre et fort doux, pas amer, avec un délicat goût de noisette, maïs cru ou petit pois frais… D’un point de vue nutritif il est riche en vitamines A B et C, silicium, potassium, fer, magnésium, cuivre… La plante produits aussi des saponines, comme beaucoup de végétaux alimentaires, mais en très faibles quantités et ce n’est pas problématique du tout. De plus ces molécules sont très mal absorbées par notre corps, et détruites si cuisson.

Les tiges âgées sont à éliminer, on ne garde que les feuilles, les pousses tendres et les fleurs ou les fruits. Ils peut être intéressant de hacher les tiges avec feuilles tous les 1-2 cm car il y a parfois des filaments, mais peu dérangeants.

Faites des recherches de recettes sur internet : mouron blanc en salade, velouté, sauté, façon épinards, en kayu…