Catégories
Plantes

Tomates : semis et culture, les clefs de la réussite !

Réussir ses tomates

Ces sont des plantes faciles à obtenir à partir de semences, et si on respecte certaines règles, la récolte est merveilleuse pendant longtemps.

Il est possible de les cultiver en serre, en pleine terre sans serre, ou en pots sur terrasse, balcon… Devant un mur plein sud, abritées de la pluie, c’est le paradis pour elles !

Les cultivateurs de tomates connaissent la plante, ici un résumé détaillé est présenté pour les débutants.

1. Période de semis

Il vaut mieux semer un peu trop tard que beaucoup trop tôt ! Les tomates redoutent le froid et il n’est pas bon de laisser une plante “végéter” inutilement avant mise en place. Si vous avez une serre, vous pouvez semer début mars, sinon, un semis de mi-mars à début avril convient tout à fait.

2. Comment semer ?

Trouvez une caissette à semis de 5 cm de haut, neuve ou bien nettoyée à l’eau de javel et rincée. Elles doivent être trouées et ne jamais tremper dans l’eau. Remplissez-les au 2/3 de terreau tassé mais pas trop. Il ne faut pas absolument un terreau spécial semis, un terreau universel de qualité convient (bonne marque, acheté en pépinière ou jardinerie, pas au supermarché)

Dans chacun de ces contenants, placer une graine dans un petit trou de 3 mm de profondeur tous les centimètres et refermer en tassant légèrement. On peut utiliser la pointe d’un crayon. Ensuite, bien mouiller le terreau avec un vaporisateur ou arrosoir de semis, et recouvrir de cellophane alimentaire percé de quelques trous d’aération.

Placer à plus de 20 °C, idéalement 25, voire 28. Vérifier régulièrement que le substrat est bien humide (mais pas détrempé). Dès germination (qui peut prendre 2 semaines), enlever le film plastique et mettre les pots dans l’endroit le plus lumineux possible (véranda, fenêtre…), dans une pièce à minimum 15 °C. S’il n’y a pas assez de lumière les plants vont “filer” et grandir trop en restant très fins, fragiles… Quand les plantules dépassent le bord de quelques centimètres, remplir le reste du pot, à ras bord, avec du terreau en tassant délicatement pour ne pas casser la tige. Avant cette opération vous pouvez couper les deux premières fausses feuilles du bas si vous le souhaitez.

Si vous avez une serre, vous pouvez y placer les plants quand il fait chaud, mais rentrez-les la nuit !

On peut éventuellement apporter un peu d’engrais liquide universel à ces petits pots quand la plante fait plus de 20 cm, en diluant 2-3 fois plus que selon les instructions du fabricant.

3. Emplacement définitif

Grand plant incliné

En serre en Belgique, vous pouvez les planter fin avril sans trop de risques. En extérieur, idéalement, après le 15 mai.
La tomate a besoin d’un maximum d’ensoleillement !

Le sol doit être bien travaillé, en profondeur, éventuellement enrichi en compost ou terreau.

Selon la taille que vous allez appliquer (voir ci-dessous), les écarter de 60 à 100 cm. Enterrer la base de la tige de 5-10 cm, ou si le plant est fort grand, enlever les feuilles du bas et le placer en oblique dans le trou, recouvrir de terre et redresser délicatement la tige avec un tuteur : des racines se formeront sur la partie enterrée. On peut procéder de même en gros pot, en décalant la motte vers le bord. Placer les tuteurs (180-250 cm, solides !) auparavant pour ne pas abîmer les racines. Attacher les plantes avec de la corde pas trop fine pour ne pas blesser la peau des tiges, et renouveler régulièrement cette opération pendant la croissance.

Vous pouvez les cultiver en gros pots bien troués au fond, de 10 à 20 litres ou plus, avec du terreau de qualité.

4. Irrigation & fertilisation

En été, un plant de tomate peut “transpirer” plus de deux litres par jour ! Donc, arrosez assez. Surtout si vous cultivez en pots, gardez le substrat toujours bien humide ! L’eau doit pouvoir s’écouler librement, le pot ne doit pas tremper dans un fond d’eau (sauf quelques heures, si ça peut faciliter l’arrosage).

La tomate est aussi un végétal très gourmand : pour avoir de belles plantes résistantes et des fruits de qualité, vous devez apporter de l’engrais spécial tomates. En pleine terre, de l’engrais solide à incorporer au sol une ou plusieurs fois, ou bien du liquide à diluer en arrosoir, suivez les conseils de votre marque d’engrais. Épandre sur un cercle de 50-60 cm dont le centre est la tige de base. En pot l’engrais est encore plus important, tout comme que le respect précis des apports, et la forme liquide est conseillée.

5. Tailler les plantes

Taille des indéterminées : tige, fleurs, feuilles, et gourmands à éliminer

Les variétés à croissance dite “indéterminée”, on peut interpréter ça comme “illimitée”. Ce sont les plus courantes. Il faut tailler ces tomates ou bien vous allez avoir énormément de végétation au détriment de fruits de qualité. Les cultivars à port “déterminé”, bien plus rares pour l’amateur, resteront comparativement assez bas et buissonnants, il ne faut pas les tailler, mais tuteurer, oui. Ci-dessous nous parlons des indéterminées.

La graine produit une tige unique, par la suite des tiges secondaires vont apparaître à l’aisselle de chaque feuille. En pleine terre, pour les tomates cerises, vous pouvez laisser 2 à 6 tiges se développer (écartez-les et tuteurez-les bien), en gros pot, selon sa taille, 2 à 4 tiges. En pot, dans le cas de tiges multiples, les tuteurs seront placés contre le bord.

Une fois cette taille de formation faite, il faut éliminer toute nouvelle pousse à la base des feuilles (on les nomme “gourmands”). Attention, ne coupez pas le sommets de vos tiges, ni les fleurs… dans le doute, attendez que la pousse suspecte fasse 15-20 cm. Un gourmand croît toujours dans le coin d’une feuille et de la tige !

6. Autres conseils

Vous maximiserez vos chances de succès en appliquant les bonnes vieilles recettes du jardinage : les maladies des tomates survivent souvent dans les tissus végétaux infectés de l’année précédente, nettoyez bien vos parcelles, ne mettez pas de morceaux contaminés au compost que vous répandez partout l’année d’après, faites des rotations de cultures pour repartir d’une parcelle saine… Un plant de tomate aime le soleil et l’aération, vous pouvez éclaircir le feuillage. Il est admis que s’il ne reste des feuilles que sur la moitié voire le tiers supérieur d’une plante bien soignée, cela ne change rien à la production : éliminez les feuilles “inutiles” de la base, qui touchent le sol, ou si vous avez un doute sur leur santé… Et ne mouillez jamais volontairement ou accidentellement le feuillage, toujours arroser le sol, pas la plante ! Il existe des variétés ULTRA résistantes aux maladies, tout naturellement…

7. Récolte et conservation

Effectuez la récolte par temps sec car les fruits humides supportent mal le stockage. Il est conseillé de récolter les tomates à maturité, et de ne pas les conserver au frigo, mais à température ambiante, pour le goût et les arômes (idéalement, placez les fruits dans un endroit entre 12 et 18 °C). Même verte, une fois cueillie, la tomate continue de mûrir à condition de l’envelopper dans du papier journal et de la placer dans un local chaud. Un pied de tomate vous donnera environ 5 à 15 kg par saison, en moyenne.

Les graines peuvent se conserver pendant plusieurs années, dans un endroit très sec, sombre et frais.

2 réponses sur « Tomates : semis et culture, les clefs de la réussite ! »

Bonjour,
Merci pour tous vos conseils précieux !
Je vais mettre en pratique pour mieux réussir mes tomates qu’en 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.